LA CONFIANCE EN SOI

La confiance en soi m’a fait cruellement défaut pendant de longues années.

Cette confiance en soi qui ne voulait pas venir à moi, qui m’échappait dans tous les domaines de ma vie. Elle a affecté mes relations avec les autres, que ce soit amicales ou amoureuses, mes premières expériences  professionnelles. Elle m’a détournée de l’amour que j’aurais dût me porter me croyant réduite à peu de chose, ne pensant mériter que des médiocrités.

 

Mais qu’est ce que c’est exactement la confiance en soi ?

 

C’est d’abord comprendre que vous pouvez faire face aux défis de votre quotidien. Egalement, c’est avoir confiance en votre capacité à penser, apprendre, faire des choix, prendre des décisions, vous adapter aux changements. Puis c’est savoir que vous méritez le bonheur.  La confiance en soi ne vient pas de l’extérieur, ni de vos parents, ni de vos amis, ni de vos collègues. Celui qui vit consciemment se rend vite compte que la sensation de confiance apportée par l’extérieur est éphémère et guère satisfaisante.

La confiance en soi est un acte d’éveil, de conscience objective de notre « état », elle consiste à reconnaître qui nous sommes et ne sommes pas, et à être honnête sur ce que nous découvrons. Quand vous faites de votre mieux pour voir la réalité telle qu’elle est, votre estime de vous-même augmente, tout naturellement. A l’inverse, si par peur ou par désir vous cherchez à vous en échapper, vous sabotez votre confiance en vous.

Comment se manifeste le manque de confiance en soi ?

 

Le manque de confiance en soi se reflète chez un individu  qui n’a pas foi en ses capacités ou en son potentiel. Cela  est lié à un déficit, un manque de conscience de ses réelles capacités et ressources.

Le manque de confiance en soi s’exprime au travers d’un grand nombre de sentiments tels que la timidité, le manque d’assurance, le fait de se sous estimer, se rabaisser. Le manque de confiance en soi est un obstacle majeur à une vie épanouie et ses causes sont multiples.

Il se manifeste aussi bien par diverses peurs – peur de décevoir, de ne pas être à la hauteur, peur de ce que pensent les autres de moi, peur de ne plus être aimé (e) – que par des blocages et des inhibitions qui empêchent l’individu d’agir.

Les autres manifestations les plus courantes sont :
  • le dénigrement et la dévalorisation de soi. Les personnes qui manquent de confiance en elles passent souvent leur temps, sans s’en rendre compte, à se comparer constamment aux autres.  Souvent  cela se manifeste par la peur des autres, peur de ne pouvoir les affronter, peur de ne pas être capable de… L’autre nous parait toujours mieux, meilleur, on le jalouse parfois, on envie ses qualités qui ne sont pas les nôtres…
  • la timidité, la gêne excessive en face des autres. On n’ose pas intervenir lors d’une conversation parce que l’on ne se sent pas à la hauteur du débat, parce que l’on croit que l’on ne saura pas argumenter ses opinions, parce que l’on a peur d’être inintéressant, d’être moqué.  Cela pousse l’individu à attendre d’avoir confiance en lui pour commencer à se laisser découvrir par les autres.
  • l’insécurité, on a peur de ne pas assez être aimé par l’autre, que l’on soit trahi, que l’on se dirige vers d’autres personnes mieux que nous plus intéressantes que nous, qui méritent d’avantage l’attention.
  • Le doute… en effet notre manque de confiance en nous nous amène à manquer de confiance aux autres. Nous sommes méfiants et sommes sur nos gardes dans le but d’attendre un faux pas, la trahison tant attendue et évidente.
  • le pessimisme, en effet si nous ne méritons pas les meilleures choses parce que nous ne sommes pas assez bien, il est évident que nous nous attendons au pire. Il n’y a pas de raisons que de bonnes et belles choses nous arrivent. Et quand bien même elles arriveraient, ce sera surement de courte durée, alors nous attendons le revers de la médaille, le retour du bâton.
  • la tergiversation, l’hésitation, l’effacement de soi, le silence par peur des réactions de l’autre, du regard de l’autre, par peur de le contredire.
  • la peur de commencer une action parce que l’on est persuadé que l’on n’ira pas au bout, que l’on n’est pas assez bien pour réussir, pas assez compétent, que l’on est incapable. Cela devient des réflexes récurrents ce qui conduit à l’immobilisme.

Comment gagner confiance en soi ?

 

Il y a une multitude de petites actions, d’exercices, de pas en avant que l’on peut adopter. Chaque jour nous pouvons expérimenter et mettre en pratique les conseils qui vont suivre.

Tous d’abord il faut percevoir qu’en développement personnel on vous apprend qu’il existe 2 types de confiance en soi.

Premièrement la confiance en soi conditionnelle.

Il s’agit de la confiance que l’on acquiert par répétition. C’est  à dire que l’on va répéter et s’entrainer encore et encore dans un domaine, dans une tâche en particulier. Cela jusqu’à la maitrise total de son art. Cela requiert bien entendu un minimum de travail, d’investissement, d’implication. Quelques exemples pour étayer mon propos :

  • lorsque l’on a appris à faire du vélo, au début l’on avait peur, on ne savait pas en faire, on avait peur de tomber, peur peut être de se faire disputer si on y arrivait pas, peur que l’on se moque. Cependant on a essayé. Certes on a trébuché, on est remonté en selle, puis on est resté plus longtemps sur le vélo, puis on est retombé encore et on est remonté. Ainsi de suite jusqu’à savoir faire du vélo sans même avoir conscience d’en faire et de maîtriser totalement cette action.
  • Lorsque l’on a débuté un nouvel emploi. Au début nous avions des craintes. On ne maîtrisait pas forcément le produit, le concept. On ne connaissait pas les habitudes de la société, les process. Alors on a essayé, encore et encore. On s’est imprégné des codes, des habitudes de chacun, on a écouté, observé, mis en pratique, avec un client, deux clients, dix clients, cinquante clients. Aujourd’hui notre job n’a plus de secret pour nous. La répétition nous a permis d’assimiler tous les rouages de notre poste et de le maîtriser jusqu’à ce que cela devienne des automatismes.
  • Dernier exemple et pourtant il y en a plein d’autres. Lorsque vous avez appris à cuisiner, un plat en particulier par exemple. Tout d’abord on a pris la recette, l’avons suivie à la lettre puis on l’a appliquée. Ensuite on a fait la même chose une deuxième fois, voir une troisième fois. Puis on a commencé à effectuer la recette, toujours à la lettre avec les mêmes dosages mais en se souvenant et n’ayant plus besoin d’avoir la recette sous les yeux. Jusqu’à ce que l’on arrive au jour où nous n’avons peut être même plus besoin de suivre les grammages à la lettre. Nous avons tellement l’habitude et la maîtrise de cette recette que maintenant nous arrivons à la réaliser juste en dosant les aliments visuellement.

Tout cela pour dire que c’est par l’acte de répétition que l’on acquiert la foi en soi, la foi en ses capacités à réaliser telle ou telle chose. Et c’est par la foi en soi que l’on a davantage de confiance en soi, de confiance conditionnelle.

Deuxièmement il y a la confiance en soi inconditionnelle.

Celle où l’on se dit que peu importe le sujet, les circonstances, nous aurons toujours les ressources en nous. En ayant confiance de cette manière on se dit que tout ce qui arrive est là pour nous élever. C’est la confiance la plus difficile à acquérir mais également celle qui nous fera soulever des montagnes.

Quelques techniques pour y parvenir

Physiologie

  • Le bien être de l’esprit passe d’abord par le bien être du corps. Une bonne alimentation équilibrée, qui apporte tous les bons nutriments à son corps est primordiale. Cela peut paraître bateau mais c’est la base. Nous fatiguons notre système digestif que l’on oblige à digérer nos pizzas, hamburger, frites, gâteaux… cela va jouer sur notre fatigue et indéniablement sur notre état d’esprit.
  • Le sommeil est également très important. Un bon sommeil réparateur jouera sur notre humeur, notre perception de notre quotidien, de ce qui s’y passe et par ricochet sur notre confiance en nous.
  • La posture de notre corps dans sa globalité est également très importante. Se tenir droit, maîtriser sa respiration sur une rythme lent, calme, laisser ses muscles se détendre.

La confiance en soi est liée étroitement à son état d’esprit, son humeur et donc indirectement à son hygiène de vie. Bien dormir, manger, bouger et se détendre sont la base de l’épanouissement de soi.

L’imagination

S’imaginer comment serait notre vie si on était confiant, si l’on avait confiance en soi. Le pouvoir de l’imagination, de la visualisation ouvrent des brèches et portes à un « nouveau nous ». S’imaginer dans un futur différent si nous étions plus confiants en nos capacités.

La victoire

Cultiver l’art de la victoire. Chaque objectif réalisé, chaque pas effectué est une victoire et il faut les célébrer.   Faites la liste en pleine conscience de toutes ces victoires, petites ou grandes, que vous avez eu dans votre vie. Visualisez-les, ressentez les à nouveau de façon à vous remémorer cet état d’esprit de vainqueur que vous aviez à cet instant.

Zone de Confort

Sortir de sa zone de confort. Faites le premier pas, puis le second, et petit pas par petit pas étendez vote territoire en dehors de votre zone de confort. Petit à petit nous deviendrons à l’aise avec ce que l’on fait. Même plus à l’aise que certaines personnes ce qui renforcera notre confiance en nous, nos capacités.

Bienveillance

Etre bienveillant avec soi même. Savoir valoriser ses actes, ses réactions. Agir avec soi même comme l’on aimerait que les autres agissent avec nous. Prenez soin de vous. Ayez de L’indulgence avec votre personne. Au même titre que les autres vous êtes un être humain, avec ses forces et ses faiblesses. Cela est valable pour tout être sur cette terre et vous n’en faites pas exception. Alors ne vous sabordez pas à la moindre occasion.

Etre soi même

Soyez vous-même, soyez vrai. Pas la peine de jouer un rôle pour espérer être accepté, ou aimé. Les autres auront tendance à vous apporter du crédit s’ils vous sentent vrais, vous-même. Quoique vous fassiez, quoi que vous disiez, que ce soit en bien ou en mal, vous aurez toujours une ou deux personnes qui seront là pour vous critiquer, pour commenter vos faits et gestes. Que vous soyez connu et populaire ou bien inconnu. Alors aucun intérêt de jouer un rôle. Soyez vous-même, enlever le masque qui ne vous sert à rien. L’avis des autres n’a aucune importance, la première personne à qui vous devez plaire, c’est vous ! Alors donnez-vous de l’amour en priorité. Ne répondez pas aux codes, répondez à vos propres besoins.

Positif

Visualisez du positif, entourez vous de positif. Il y a sur le net des milliers d’articles, de vidéos, d’images qui peuvent nourrir vôtre positivité. Nourrissez-vous de ces messages qui peuvent vous rebouster, vous remettre d’aplomb, vous ouvrir à d’autres perspectives, vous montrer qu’autre chose est possible.

TRI

Faites le tri dans votre entourage ! Combien d’entre nous sont entourés de personnes négatives. Qui vous mettent des pensées dans la tête, vous amènent à vous poser les mauvaises questions et déversent leurs flots de frustration. Vous avez beau vous dire que ce sont vos amis, votre famille mais certaines personne ne vous apportent rien si ce n’est des problèmes supplémentaires. Entourez vous de personnes qui ont pour but de réussir, qui sont motivées, qui mettent en pratique ce qu’elles disent et qui ouvrent la voie aux champs des possibles. Entourez vous d’individus qui veulent REELLEMENT votre bien, qui vous soutiennent et croient en vous de manière inconditionnelle. Notre entourage reflète notre état d’esprit et fait notre état d’esprit.

 

Il est vrai qu’acquérir la confiance en soi et en ses capacités requiert un travail en amont. Mais chaque petit pas que vous ferez sera une victoire, une avancée. Rien ne se fait du jour au lendemain. Mais chaque petite graine plantée portera ses fruits.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *